Faune et flore 2 - Horizons Bretons

Aller au contenu

Menu principal :

Faune et flore 2

Aux moulins de Kerouat > Faune et flore.

Pages

1

2


Eristale butinant une épilobe.

Eristalis est le nom donné à un large genre de syrphes (famille des Syrphidae ordre des Diptera).
Les éristales regroupent les espèces les plus communes du genre, dont Eristalis tenax nommée dronefly par les anglosaxons, en raison de sa ressemblance superficielle avec le mâle de l'abeille à miel appelé "drone" en anglais. L'éristale joue un rôle important comme pollinisateur généraliste. Sa larve est aquatique et elle respire l'air au moyen d'un long appendice tubulaire déployé vers la surface (cet appendice lui a valu le nom de rat-tailed maggots "asticot à queue de rat") chez les anglophones.



La piéride du chou. (Pieris brassicae).

La Piéride du chou (Pieris brassicae) est un insecte lépidoptère de la famille des Pieridae de la sous-famille des Pierinae et du genre Pieris. C'est un migrateur au vol puissant et rapide.
Photo prise le 22/07/2010.

Primevère.

Les Primevères sont un genre de plantes herbacées de la famille des Primulacées.
Consacrée à Freya dans la mythologie nordique, elle permettait d'ouvrir les portes de son paradis.
Dans la tradition chrétienne, elle devint une fleur donnant accès au Royaume des Cieux.
En Europe, on utilise à des fins médicinales la primevère élevée (Primula eliator) indigène de l'Europe et l'Asie occidentale. La primevère officinale a la même distribution et des usages identiques.
Photo prise le 21/03/2012.

On utilise les fleurs, les feuilles et les racines. Elle contient essentiellement des saponines, la racine en contenant cinq fois plus que les fleurs, une huile essentielle à consistance épaisse et des substances glucosiques.
Les saponines ont une action expectorante et sont donc employées contre les affections des voies respiratoires supérieures et la bronchite chronique; elle soulage aussi la toux; elle est utilisée en infusion ou décoction.
On utilisait jadis la racine pour soigner les rhumes et fabriquer de la poudre à éternuer, et les fleurs pour leurs facultés expectorantes. La tisane est préconisée contre la tension, les céphalées, les insomnies, l'anxiété, les affections des voies respiratoires, les affections rhumatismales.
En lotion, elle lutte contre les boutons, les rides et les coups de soleil.
En cuisine, les jeunes feuilles parfument salades et viandes farcies.
Les fleurs sont aromatiques et fournissent un vin puissant et une boisson tonique.
La racine a un goût d'anis.
ATTENTION !
Les étamines peuvent provoquer des dermatoses de contact.
Usage à éviter chez les femmes enceintes ou les personnes allergiques à l'aspirine.


Fraises des bois.

Le fraisier des bois (Fragaria vesca) est une espèce de plantes herbacées vivaces de la famille des Rosaceae. C'est l'un des fraisiers sauvages les plus répandus.
C'est une espèce généralement sauvage dont les faux-fruits, les fraises des bois, sont réputés et recherchés pour leur goût fruité et acidulé, leur arôme différent de celui des fraises hybrides.
Photo prise le 21/03/2012.


Les joncs.

Le nom de jonc est donné à plusieurs plantes. Au sens strict, ce nom désigne les espèces appartenant au genre Juncus, dans la famille des Juncaceae.
Photo prise le 17/07/2010.


Iris des marais.

L’iris des marais, iris faux acore ou iris jaune (ou encore flambe d'eau ou glaies en saintonge) est une plante herbacée vivace de la famille des Iridacées.
C'est cette fleur qui a inspiré le blason des rois de France, la fleur de Louis portée par le roi Louis VII de France et non pas une fleur de lys comme son nom pourrait le laisser à penser. On retrouve également cette fleur sur le blason de la Région de Bruxelles-Capitale et de la ville américaine de Louisville.




Vous voyez le fil blanc qui traverse la photo et le cocon en bout de feuille? Non? Cliquez sur la photo, ensuite regardez les photos suivante...


C'est une épeire des roseaux. (Larinioides cornutus)


Larinioides cornutus, l'Épeire des roseaux est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Araneidae.
C'est une araignée nocturne (je l'ai réveillée pour la photo) qui vit dans les endroits humides et près des plans d'eau, tel un étang ou un marécage.
C'est l'une des rares épeires qui vit plus d'un an. Elle passe l'hiver dans la tige d'une ombellifère, et se laissera geler. Elle replie ses pattes, et l'hémolymphe contenu dans celles-ci se concentre vers le corps. Elle s'active tôt au printemps, à la recherche de ses premières proies.
Photos prises le 13/05/2011.






Lentilles d'eau.

Lentille d'eau ou lentille-d'eau est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certaines plantes aquatiques flottantes. On les appelle aussi lenticules. Ce sont des plantes angiospermes qui appartiennent à la famille des Lemnaceae.
Photo prise le 17/07/2010.

L’étang, lieu privilégié de nombre d’insectes tels les odonates


Libellule en posture de ponte.

Les odonates (Odonata), ou odonatoptères, sont un ordre d'insectes à corps allongé, dotés de deux paires d'ailes membraneuses généralement transparentes, et dont les yeux composés et généralement volumineux leur permettent de chasser efficacement leurs proies. Ils sont aquatiques à l'état larvaire et terrestres à l'état adulte.
Photo prise le 25/07/2010.



Agrion sanglant - Pyrrhosoma nymphula.

Nymphe au corps de feu. Sur la photo des mâles aux couleurs plus vives que les femelles.
Les yeux et le corps sont rouge. les pattes sont noires.
Agrion est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certains insectes. Ils font partie des demoiselles, des insectes ailés proches des libellules et regroupés dans le sous-ordre des Zygoptères.
Photos prises le 13/05/2011.

Mâle

Femelle au repos. Le rouge est moins vif.
Photo prise le 13/05/2011.

Accouplement d'agrion sanglant.

Lors de la période de reproduction, certaines espèces déposent simplement leurs œufs dans l'eau, sur la tige des plantes aquatiques. On peut facilement apercevoir la libellule venant fouetter l'eau avec sa queue. Les demoiselles comme les libellules se reproduisent en vol, en s'arrimant.
Le mâle saisit la femelle par la tête ou le thorax à l'aide d'une pince au bout de l'abdomen. Pour l'accouplement, la femelle vient poser l'extrémité de son abdomen sous le premier segment de l'abdomen du mâle. Vu de côté, un couple de demoiselles apparaît comme un coeur, les deux insectes restent attachées ainsi sans faire de bruit, et viennent souvent se poser sur la végétation
Photo prise le  13/05/2011.

Exuvie (mue) de larve de zygoptère
Photo prise le 13/05/2011.



Vol de libellule

Pages

1

2

Retourner au contenu | Retourner au menu