Insectes 5 - Horizons Bretons

Aller au contenu

Menu principal :

Insectes 5

Pleyber Christ.



Pages  1   2   3  4  5



Bibio marci. Le bibion ou mouche de la Saint Marc.

Bibio marci, le bibion ou mouche de la Saint Marc est une espèce d'insecte de l'ordre des diptères, de la famille des Bibionidae. L'ordre des diptères regroupe, entre autres, des espèces principalement désignées par les noms vernaculaires de mouches, moustiques, taons.



Cynipidae. Guêpes à galles ou mouche à galles.

Les Cynipidae, aussi appelés « guêpes à galles » ou « mouche à galles », sont une famille de l'ordre des hyménoptères et appartiennent au sous-ordre des apocrites dans la super-famille des Cynipoidea. Environ 1300 espèces de ces très petits insectes (1-8 millimètres) sont connues dans le monde, avec environ 360 espèces de 36 genres différents en Europe et quelque 800 espèces en Amérique du Nord.
Comme tous les Apocrita, les guêpes gallicoles ont une forme particulière, la célèbre taille de guêpe.

le saviez-vous?
La reproduction des guêpes gallicoles est à moitié bisexuée et à moitié par parthénogenèse, dans laquelle le mâle est complètement inutile.



Dilophus febrilis.

Ce sont des Diptères Nématocères proches des Cecidomyides; Mouches trapues à pattes courtes, noires et souvent velues; on les voit au printemps (mars-avril) dans les campagnes s'affairant sur les buissons en voletant de façon maladroite, les pattes pendantes, en grande quantité; ils sont facilement entrainés par le vent vu leur vol faible et maladroit; leur population importante est due à l'éclosion en masse à partir de larves géophages.



Empis tessallata.

Ce sont des Diptères prédateurs de mouches, moucherons et moustiques souvent à longues pattes. Ils sont donc piqueurs-suçeurs, comme les Asilides, à trompe longue ou courte;

Ci-dessus, une Empis ayant capturé une Syrphe.


Adèle verdoyante. Adela reaumurella.

Membre d’une famille d’insectes lépidoptères (papillon) nocturne, souvent à moeurs diurnes ou crépusculaires, aux antennes des mâles très longues  (environ cinq fois la longueur du corps) et aux couleurs métalliques.
Leurs chenilles vivent dans la litière où elles se nymphent à la fin de l'été.
On les désigne sous le nom de microlépidoptères, espèces de papillons qui n'ont en commun que d'être petits à très petits.


Graphomyie tachetée

La Graphomyie tachetée est une mouche assez trapue avec l'extrémité de l'abdomen bien arrondi.
L'abdomen de la femelle est gris blanchâtre taché de noir. L'abdomen du mâle est plus rougeâtre.
La nervation des ailes est caractérisée par le fait que la quatrième nervure longitudinale est courbée un peu avant le bord de l'aile pour aller rejoindre celui-ci non loin de la troisième nervure.
On observe souvent la Graphomyie tachetée sur les ombellifères en été.
Les larves se développent dans la litières et sont prédatrices des larves d'autres diptères.
Il y a une confusion possible avec Graphomya minor (aussi appelée Graphomya picta) qui est très similaire. Cette dernière se reconnaît par la présence d'une soie antéro-dorsale un peu après la moitié du tibia médian et par la ligne claire centrale sur le dessus du thorax qui est plus fine que les lignes noires adjacentes. L'abdomen de Graphomya picta est aussi plus long que large alors que c'est l'inverse chez Graphomya maculata.


Gymnosoma rotundatum.

Gymnosoma rotundatum est une espèce de petite mouche très ronde, à l'abdomen orange marqué de 3 taches noires, de la famille des Tachinidae. Les larves sont parasites de punaises des bois.



Psila fimetaria.

De la famille des Psilidae. Les Psilidae sont de petites mouches de 3 à 6 mm en moyenne, presque nues, c'est-à-dire pratiquement sans soies et à pubescence presque inexistante chez la plupart des espèces. Il en existe environ 200 espèces au monde, 75 % sont présentes dans la région holarctique, 55 espèces dans la région paléarctique. Les adultes ont une coloration rougeâtre ou brunâtre.

Les Psilidae sont surtout communs dans les endroits frais. Ceci explique que cette famille est bien représentée dans les zones tempérées. Les larves sont presque exclusivement phytophages. Elles vivent, soit dans les tiges, soit dans les racines. Certaines peuvent provoquer des galles. Plusieurs espèces sont bien connues en tant que ravageur. En France, une seule espèce est réellement nuisible : la mouche de la carotte Psila rosae qui peut se développer sur d'autres plantes maraîchères comme le céleri ou le persil.



Mouche des fruits. Les Téphritides.

Les Trypetides ou Tephritides correspondent à une Famille de jolies petites mouches très abondantes en été sur les fleurs, herbes et fruits facilement identifiables aux beaux motifs marbrés et sombres des ailes, bandes transversales ou séries alternées de taches ou de rayures en zig-zag ("Mouches à rubans"). Plusieurs espèces sont nuisibles aux fruits par leurs larves (asticots), comme par exemple la "Mouches des agrumes" qui parasitent pêches, cerises, olives, asperges...; au niveau mondial, elles ont un impact économique dans la filière fruits et font donc l'objet, pour certaines, d'une lutte biologique...
Ce sont des Trypétidiens (ailes plus ou moins tachées à nervation complète, oviscapte en tube chitinisé ( constitué de chitine, comme pour la carapace des arthropodes) aux larves surtout phytophages...) au même titre que d'autres petites familles...




Tephritis formosa



Pince-oreille. Forficula auricularia.

Le forficule (Forficula auricularia Linnaeus, 1758), aussi appelé pince-oreille, est un insecte polyphage de la famille des Forficulidae. Plusieurs mythes circulent à son sujet comme quoi il pénètrerait dans le conduit auditif et l'endommagerait.
Ce mythe est complètement faux.
Il existe cependant plusieurs origines possibles à ce nom. En voici deux :
Ils tiendraient leur nom du fait que leurs cerques ressembleraient aux pinces utilisées jadis pour percer les oreilles des filles.
Il peut aussi venir du fait que l'on les retrouvait souvent au cœur des fruits à noyaux très mûrs. Sachant que les quartiers d'abricot et de pêche sont appelés des oreilles ou des oreillons, le nom de perce-oreilles serait ainsi resté.

Après l'accouplement qui s'effectue en été, la femelle pond des œufs. Les larves donneront des adultes quelques mois plus tard. La femelle semble prendre soin des petits. Aux premiers froids et gelées d'automne (vers octobre), le forficule s'enfouit dans le sol pour hiberner. La plupart des mâles meurent en hiver, alors que la femelle de l'année y survit. Un mois plus tard environ, celle-ci creuse une petite loge, s'y isole et pond quelques dizaines d'œufs blancs, arrondis et translucides.
Vers la mi-mai les larves éclosent. La femelle s'occupe de ses œufs et de ses larves avec un soin attentif, jusqu'à la dernière des 4 mues que subissent les larves qui ressemblent aux adultes, mais en plus petit et sans ailes. Les jeunes adultes émergent généralement en juillet. Ils demeurent actifs jusqu’aux premiers gels.
Le pince oreille est généralement considéré comme un auxiliaire du jardinier, parce que grand consommateur d'insectes dits « nuisibles » ou « ravageurs ». Il consomme aussi des végétaux très mûrs ou en début de décomposition (pétales de fleurs, fruits, légumes, racines de plantes coupées). Il est souvent accusé à tort d'être un ravageur nuisible. Quand il semble infester une plante ou un secteur de jardin, c'est parce que ses proies y abondent.

Sepsides

Les Sepsides constitutent une petite Famille de Tetanoceridiens : petites "mouches" floricoles et coprophages ou saprophages aux ailes toujours vibrantes de 3-5 mm ressemblant un peu à des fourmis et souvent noirs.



Trichie fasciée. Trichius fasciatus.

C'est un scarabée dont les couleurs et la pilosité rappellent celle d'un bourdon. En Angleterre, la Trichie fasciée est appelée le scarabée-abeille (Bee beetle).
Elle peu être confondue avec la Trichie zonée.
Pour différentier la Trichie zonée de la Trichie fasciée, le critère le plus fiable concerne une dent bien marquée aux deux tiers du tibia des pattes médianes de la Trichie fasciée. Le Trichie zonée, ne présente qu'une petite bosse arrondie au même endroit.
Les trichies peuvent atteindre 9 à 24 mm de longueur. La larve se développe dans le bois pourri, alors que les adultes broutent des fleurs sauvages ou des jardins.



Tique. Ixodida.

Les Ixodida, appelées couramment tiques, sont un ordre d'arachnides acariens.
Les tiques sont des acariens ectoparasites de vertébrés (y compris vertébrés à sang froid tels que lézards, serpents, tortues).
Elles passent une partie de leur cycle au sol (éclosion, métamorphose et quête d'un hôte), et une autre partie (deux ou trois stades) ancrées sur la peau de mammifères (sauvages et d'élevage), d'oiseaux ou de reptiles, se nourrissant de leur sang grâce à un rostre. Elles peuvent à cette occasion transmettre à leurs hôtes de nombreux agents pathogènes connus (virus, bactéries, protozoaires, nématodes) responsables des maladies vectorielles à tiques, et parfois des neurotoxines (responsables de paralysie à tiques). L'homme peut développer des allergies à leur salive.

Reproduction

Dessus


Vue du dessous


Panorpe. Panorpa.

Panorpa est un genre de l'ordre des Mécoptères, regroupant des insectes appelés panorpes ou encore mouches scorpions, car possédant un abdomen muni d'une sorte de dard ressemblant à celui des scorpions, mais tout à fait inoffensif, à son extrémité postérieure.



Pages  1   2   3  4  5

Retourner au contenu | Retourner au menu