Statues 2009 - Horizons Bretons

Aller au contenu

Menu principal :

Statues 2009

La vallée des Saints
Page 1   2   3   4   5   6

Les statues.

Année 2009.  La phase de réalisation a commencé dès juillet  avec la taille des statues des Sept saints fondateurs de la Bretagne et de celle de saint Yves de Tréguier. Les sept statues (3 mètres de haut, 10 tonnes environ) représentent les Saints fondateurs de Bretagne, Pol Aurélien, Tugdual de Tréguier, Brieuc, Samson de Dol, Malo, Patern de Vannes et Corentin de Quimper.

_________________________________________________________________________________________________________________

Saint Brieuc (Sant Brieg)
Sculteur Fabrice Lentz.

Brieuc naquit au Vème siècle dans le royaume breton de Ceredigion, dans ce qui n'est pas encore le pays de galles. Il fut l'élève de saint Germain l'Auxerrois à Lutétia, aujourd'hui, Paris. Apres être revenu dans son pays et avoir converti ses proches, il gagne l'Armorique en compagnie de 68 personnes et retrouve son cousin gallois, le conte riwal, immigré comme lui. Celui-ci offre des terrespour fonder un monastère à l'endroit du futur siège de l'évêché de Saint-Brieuc. Il est honoré comme saint fondateur.


La légende raconte qu'un soir , alors qu'il était sur le chemin de retourd de son minihi (monastère) en compagnie de ses moines, une bande de loup affamés s'en pris aux boeufs de son attelage. Les moines effrayés, s'enfuirent à toutes jambes, mais lui, élevant le bras, stoppe la charge des loups. Calmées, les bêtes s'approchent et l'entourent. Quand les moines reviennent, ils le trouvent ainsi, au milieu de la meute, et rien n'y fait pour qu'ils entrent dans le cercle, avant que saint Brieuc ne commande aux loups de les laisser passer.

____________________________________________________________________________________________________________________

Saint Corentin (Sant Kaourintin)
Sculteur Seenu Shanmugam.


Né en Armorique au Vème siècle, le jeune Kaorintin se retira dans la forêt de névet près du ménez-hom pour y mener une vie d'hermite. Le jour où le roi Gradlon décida de fonder le diocèse de Quimper, il appela Corentin pour qu’il en devienne le premier évêque. Il l’envoya à Tours se faire consacrer évêque par le futur saint Martin.
Gradlon lui aurait accordé un palais à Quimper à l’emplacement de l’actuelle cathédrale de la ville.



Saint Guénolé, fondateur de l’abbaye de Landévennec et saint Tudy, auraient été ses contemporains et ses disciples.
Après sa mort, il aurait été enterré devant le maître-autel de la cathédrale de Quimper. Une abbaye royale lui a été dédiée, en 1201, par le roi Philippe Auguste, près de Mantes, l'Abbaye Saint-Corentin.

La légende lui attribue, près de son ermitage, un poisson miraculeux qui se présentait chaque jour dans une fontaine et dont il coupait quotidiennement, pour se nourrir (agrémentant à son menu le pain dur qu'il mendiait et les herbes et racines sauvages), un fin morceau qui repoussait. Corentin aurait nourri le roi Gradlon et sa cour d’un morceau de ce poisson un jour où, s’étant égarés lors d’une chasse, ils étaient arrivés affamés à son ermitage.Le fait donc que le morceau du poisson repousse symboliserait sa piété grandissant chaque jour.
En représentant saint Corentin avec un poisson, l'artiste fait probablement un clin d'oeil a cette légende.

____________________________________________________________________________________________________________________

Saint Malo. (Sant Maloù)
dit aussi Malo d'Aleth.
Sculteur Patrice Le Guen

Le personnage de saint Malo est totalement inaccessible à l'historien. D'autre part l'ensemble des éléments fournis par les textes présente une chronologie incohérente, avec des synchronismes impossibles. Il n'y a aucun document historique indépendant qui confirme l'existence du personnage.



Il serait né dans l'actuel comté de Glamorgan, au pays de Galles au VIème siècle, et serait mort à Archingeay (Saintonge). Pour maitre, il eu saint Brendan. Il aurait été le premier évêque d'Aleth (actuellement Saint-Servan, ancienne commune aujourd'hui annexée à Saint-Malo en Bretagne).

L'histoire raconte que les relations tendues avec les rois locaux et la population l'obligère à partir en Saintonge. Pas facile de réformer les croyances et les moeurs!

Les exploits de Malo sont à rechercher ailleur, dans la légende qui narre ses aventures avec saint Brendan et l'équipage parti à la recherche de l'île du paradis terrestre. Sur leur curragh à la carène de cuir et aux membrures de bois qui les portera pendant sept ans sur les mers du globe, les aventures seront nombreuses. Le voyage est avant tout initiatique. Ainsi, ils abordent une île inconnue qui, une fois l'office terminé, se met en mouvement et s'enfonce dans l'océan.
Sinbad dans les contes des milles et une nuits, Jonas de l'ancien testament vivent la même expérience, les images et symboles des contes du monde entier se rejoignent dans une même approche du mystère de la quète.

____________________________________________________________________________________________________________________

Saint Patern. ( Sant Padern)
Sculteur Olivier Lévêque.


Statue de 3,50 m et 11 t en granit gris-bleu de Louvigné-du-Désert (granit d'aspect moucheté et de couleur gris-bleuâtre. Paragenèse : quartz gris, feldspath blanc et mica noir).

L'histoire de ce saint fondateur de Bretagne est peu connue. Patern ou Padern, fils de Petran et Guean, est un gallo-romain qui aurait immigré de Grande-Bretagne, plus exactement du Pays de Galles, au cours de la seconde vague de l'émigration bretonne en Armorique.  En 465, un concile se réunit à Vannes et confie le nouvel évêché à Paterne. Face à la résistance des vénètes, il préférera s'en éloigner. La liste épiscopale du diocèse de Vannes le nomme comme étant le premier évêque de la cité.

C'est au cours du concile de Vannes vers 465, que l'avènement de l'évêque est historiquement attesté.



Parmis les interdictions décidées lors de ce concile, l'une concerne la danse. Oui, déjà! Mais celle-ci était particulière: elle interdisait de continuer à danser dans les églises. Si aujourd'hui, dans nos sociétés modernes la danse est un acte essentiellement profane, à cette époque elle faisait partie du culte. C'était un acte sacré chez tous les peuples depuis une lointaine antiquité. Ces danses s'exécutaient en cercle, les participants se tenant par la main. On a dansé la carole dans les églises jusque tard dans le moyen-age.

Le serpent enroulé sur la crosse de Paterne représente le symbole chrétien du mal. Une autre légende veut que certains Rois d'Irlande furent convertis par Patern. C'est à Jérusalem qu'il aurait, au cours d'un pèlerinage, reçu la consécration épiscopale. Son arrivée sur le siège de l'évêché de Vannes serait due au chevalier légendaire de la Table Ronde et premier souverain du Broërec, Caradoc.

Ce saint est prié en cas de grandes sécheresses afin que les pluies reviennent.

____________________________________________________________________________________________________________________

Saint Pol Aurélien. (sant paol)
Sculteur David Puech.


Statue de 3,80 m et 13 t en granit gris-bleu de Louvigné-du-Désert (granit d'aspect moucheté et de couleur gris-bleuâtre. Paragenèse : quartz gris, feldspath blanc et mica noir).


Paul, surnommé Aurélien, nait en 490 à Pen Ohen (tête de bœuf), aujourd'hui Boverton, dans la province de Glamorgan du Dyved (Pays de Galles). il a neuf frères et trois sœurs, dont l'une, Sicofolla, deviendra abbesse. Leur père, Porphino, était un chevalier qui destinait Pol au métier des armes. Face à l'obstination de l'enfant, Porphino le met, à l'âge de neuf ans, en pension dans le monastère de Saint-Hiltud en l'île de Pyrus, aujourd'hui Caldey. Il fit son éducation auprès d'Ildut, avec d'illustres condisciples tels que Samson, Brieuc, Malo ou Gildas. Il fut très vite attiré par la solitude.

Il eut une vision divine demandant d'aller prêcher en terre d'Armorique. Il se prépara donc à rejoindre sur le continent son cousin Gwithur, vraisemblablement pour introduire en Armorique la réforme de saint Germain, dont Hiltud était le disciple, contre le pélagianisme. Le roi Mark consentit à le laisser partir, mais refusa de lui donner une de ses cloches qui aurait permis à Pol de tenir les démons éloignés.
C'est ainsi qu'en 517, il débarque, accompagné de douze prêtres et de douze cousins ou parents, à Porz an Ejen en Ouessant (l'île d'Ossa à Heussa) et s'établit quelque temps à Lampaul (ermitage de Pol). Il aboutit ensuite vers l'île de Batz ou il fut reçu par le comte Withur, un de ses cousins. Lors du diner un énorme poisson fut servi dans le ventre duquel l'on avait retrouvé la cloche que le roi Mark lui avait refusée (cette cloche nommée "Hir-glaz" est aujourd'hui exposée à la cathédrale).

Ne vous fiez pas à la petite taille de l'animal blotti à ses pieds. Selon la légende,il s'agit du féroce dragon que Pol Aurélien a combattu sur l'île de batz. On raconte qu'à l'aide de son étole jeté autour du coup du monstre, il le conduisit au bord d'une falaise et lui ordonna de se jeter à la mer ou il périt noyé. L'endroit est ppelé depuis lors Toull ar Zarpant ( trou du serpent). Le dragon, vaincu, terrassé par le saint, thème fréquent dans la statuaire bretonne. Serait-il le symbole de la victoire de la religion chrétienne sur les anciennes croyances ceLtiques?

____________________________________________________________________________________________________________________

Saint Samson. (Sant Samzun)
Sculteur Jacques Dumas


Statue de 3 m en granit blanc de Huelgoat.

Contrairement à beaucoup d'autres saints bretons du Haut Moyen Âge, saint Samson est un personnage historiquement attesté : il a signé les actes du 3e concile de Paris (562), et le roi Childebert Ier lui a fait don du site où il a fondé l'abbaye de Pental (sur l'actuelle commune de Saint-Samson-de-la-Roque, dans l'Eure), site fouillé à partir de 1922 et où des vestiges de l'époque ont été mis au jour. Sa souscription aux Actes du Concile de Paris (vers 560) atteste de l'historicité de cet évêque.



Il serait né  dans la région du Glamorgan actuel (sud-ouest du pays de Galles). Au VIème siècle Samson vient du pays de Galles rechercher la solitude en pays de Dol-de Bretagne. Le tyran sanguinaire Conomore règne sur la Domnonée. Le saint convainc le prince héritier, Judval, de chasser son père afin de libérer le pays. La bataille a lieu dans les monts d'Arrée, au relecq, ou Conomore est tué. Samson se consacre alors a des tâches moins politiques et crée de nombreux monastère. Il a fondé l’abbaye de Dol et il est le patron du diocèse dont celle-ci devint le chef-lieu à l’époque carolingienne.

Amon et Anna, ses parents, avaient longtemps attendu d'avoir un enfant. Une légende raconte qu'Anna aperçut un jour près de la mer un groupe de jeunes femmes en furie malmenant une sirène échouée sur le sable.
" nous allons la tuer, c'est une sirène, dit l'une d'elle, et les sirènes séduisent les maris. " Anna finit, par lui obtenir la vie sauve sous la promesse de ne jamais revenir sur les lieux. En remerciement, la sirène lui promet d'exaucer son voeu: trop agé pour enfanter, Anna souhaite avoir un enfant. Et c'est ainsi que Samson a pu venir au monde. Mais l'enfant était laid et chétif. La sirène le prit pour le plonger dans la mer. Quand elle l'en sortit en le tenant à bout de bras au-dessus d'elle, il était beau, fort et vigoureux!

____________________________________________________________________________________________________________________
Saint Yves. (Sant Erwan)
Sculteur Patrice Le Guen.
Statue de 3,50 m en granit blanc de Huelgoat.
Yves Hélory de Kermartin, né le 17 octobre 1253 au manoir de Kermartin, à Minihy, près de Tréguier (aujourd'hui Minihy-Tréguier, Bretagne), où il est décédé le 19 mai 1303, est un prêtre et official du diocèse de Tréguier, sous le règne de Jean Ier de Bretagne . Il consacra sa vie à la justice et aux pauvres, aussi fut-il canonisé le 19 mai 1347 par le pape Clément VI. On le fête le 19 mai.

On le représente généralement avec une bourse dans une main, pour signifier tout l'argent qu'il a donné aux pauvres dans sa vie, et un parchemin dans l'autre, qui rappelle sa charge de juge ecclésiastique. Il est également souvent figuré entre un homme riche et un homme pauvre.
Saint Yves est le saint patron de toutes les professions de justice et de droit, notamment celle des avocats.

Le 19 mai est l'occasion d'un grand pardon à Tréguier (Côtes-d'Armor), sous le nom de Gouel Erwan. Le pardon est souvent encadré de festivités qui peuvent durer plus d'une journée. En 2011, la Région Bretagne les reprend officiellement sous le nom de " Fête de la Bretagne ".
La veille du Pardon, depuis 1993, le Barreau de Saint-Brieuc organise à Tréguier un Colloque, occasion de rencontre et de réflexion entre juristes sur un sujet d'actualité.
Retourner au contenu | Retourner au menu