Statues 2012 - Horizons Bretons

Aller au contenu

Menu principal :

Statues 2012

La vallée des Saints
Page 1   2   3   4   5   6
__________________________________________________________
Année 2012
__________________________________________________________
Sainte Brigitte (sant Berc'hed)
Sculteur Jacques Dumas



Il s'agit içi de Ste Brigitte d'irlande ou Ste Brigitte de kildare à ne pes confondre avec Ste Brigitte de Suéde. Elle est née en 451 à Faughart près de Dundalk, dans le comté de Louth, en Irlande. Elle est morte vers 525.
"Patronne" de l'Irlande, vénérée dans de tres nombreux lieux en Bretagne ou elle est pour les Bretons, à la fois protectrice de la fécondité, de la maternité, des enfants et de l'allaitement.

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Saint Conogan (Sant Konogan)
Sculteur Olivier Lévêque
Statue de 3,50 m de haut et 22,5 t.
Saint Conogan ou Saint Guénoc fait partie des saints bretons plus ou moins mythiques non reconnus officiellement par l'église catholique. Il aurait été un des compagnons de saint Pol. Son fête est le 16 octobre.
Venant du Pays de Galles, probablement sous le règne de Childebert Ier (roi de 511 à 568), faisant probablement partie des compagnons de Pol Aurélien, Conogan aurait établi son monastère, vivant en ermite sur les rives de l'Élorn, à Beuzit-Conogan, où étaient conservées ses reliques. Il aurait aussi été un disciple de saint Guénolé pour parfaire sa quête spirituelle, et c'est l'abbaye de Landévennec qui a contribué à propager son culte.
Réputé comme guérisseur, il rassemblait les foules. La chapelle Saint-Conogan et le cimetière du même nom à l'orée de Quimper (quartier du Moulin Vert) rappelleraient le lieu où il manifestait ses dons, notamment pour soulager des fièvres
____________________________________________________________________________________________________________________
Sainte CoupaÏa (Sainte KoupaÏa)
Sculteur Patrice Le Guen

Statue de 3,80 m en granit bleu de Lanhélin.
Mariée à Hoël le Grand, roi de Petite Bretagne au VI ème siècle, Alma Coupaïa est la mère de Saint Tugdual, de Sainte Sève et de Saint Léonor.
Au début de son mariage, les Frisons alliés des Francs, firent en 509 une irruption dans l'Armorique. Ces événements obligèrent le roi Hoël et sa famille à passer la mer pour se réfugier en Bretagne insulaire. Quatre ans plus tard, Hoël le Grand repartira avec une nouvelle armée et parviendra à chasser l'henvahisseur.
Ce ne serait toutefois qu'après la mort du roi, en 545, que Coupaïa et sa fille Sève seraient revenues en Armorique, dans l'émigration dirigée par son fils saint Tugdual.
Elle s'installa à proximité du monastère de Tréguier, fondé par ce dernier, et mourut à cet endroit même, là où s'élève aujourd'hui l'église de Langoat. Ses reliques y sont encore conservées et un cénotaphe lui est dressé.
____________________________________________________________________________________________________________________
 Saint Derrien ( Sant Derc'hen)
Sculteurs Goulven Jaouen et Inès Ferreira
Saint Derien (VIIe siècle) ou saint Derrien est un saint de l'Église catholique romaine, lié à saint Néventer . Tous deux furent au service du seigneur de La Roche-Maurice en Léon, qu’ils délivrèrent des tourments d’un dragon. Il fait partie des saints bretons plus ou moins mythiques.
Saint Derrien aurait été un compagnon de saint Néventer et les deux chevaliers, originaires de l'île de Bretagne (Grande-Bretagne actuelle), rentrant de Terre sainte, auraient repêché le comte Élorn après sa tentative de suicide dans le Dour Doun (ce fleuve côtier a pris par la suite le nom d'Elorn)et sauvé son fils Riok, alors âgé de 2 ans, des griffes d'un dragon. La légende prétend que Derrien usa de son étole pour amener le monstre, un dragon, sur la côte de la Manche à Pontusval, près de Plounéour-Trez où il le fit se noyer.
____________________________________________________________________________________________________________________
Efflamm et Enora
Sculteur Seenu Shanmugam

Statue de 4,15 m en Granit Rose de la Clarté à Ploumanac'h (granit porphyroïde à gros grains de feldspath rose).
Efflamm est le nom d'un saint breton semi-légendaire, fils d'un roi irlandais qui a donné son nom au village de Saint-Efflam (en Plestin-les-Grèves dans le Trégor). La chapelle de ce village (où l'on retrouva ses restes en 994) ainsi que la plage portent aussi son nom.
Une gwerz du Barzaz Breiz a pour sujet saint Efflamm.

Enora, Honora, ou Enor, est une princesse galloise du VIIe siècle, reconnue comme sainte par l'Église.
Efflam était le fils d'un roi irlandais. Né en 448, marié très jeune à Enora, il fit vœu de chasteté. Cependant, le soir de leurs noces, Efflamm ressentit un tel trouble devant la beauté d'Enora qu'il dut s'enfuir en Bretagne pour ne pas succomber , débarquant à Plestin, dans le Trégor, où il aurait vécu un temps en compagnie de saint Gestin. Peu après, Enora rejoignit son époux qui lui fit bâtir un oratoire de l'autre côté de la colline.

D'après une autre tradition, il serait venu d'Irlande avec son épouse Enora. Ils ne consommèrent jamais leur union et se consacrèrent tous les deux à Dieu, dans un ermitage en forêt. Il mourut en 512.

On prête à saint Efflamm une vie merveilleuse. Il aurait aidé Arthur à se débarrasser du dragon contre lequel il luttait. Lorsqu'il rencontra en effet le roi Arthur, il poursuivait un dragon. Efflamm fit jaillir une source à Saint-Efflam (en Plestin-les-Grèves) pour le désaltérer, puis pria devant l'antre du monstre, qui alla mourir en se précipitant dans la mer.


____________________________________________________________________________________________________________________
Saint Miliau (Sant Milio)
Sculteur Norbert Le Gall

Statue de 3,50 m en Granit de Maël-Pestivien.
Si au moins trois personnages sont connus sous le nom de Miliau, dont un moine au Ve ou VIe siècle et un prince de la cité d'Aleth, la tradition y reconnait un roi de Cornouaille, père de Mèlar.
Celon la légende, il fut assassiné par son frère Rivod, jaloux de l'amour que portait le peuple à son roi.
Saint Miliau est un saint céphalophore, c'est à dire qu'il porte sa propre tête entre les mains, la tradition voulant qu'il soit mort par décapitation.
____________________________________________________________________________________________________________________
Saint Trémeur (Sant Treveur)
Sculteur David Puech
Saint Trémeur aurait vécu au début du VIe siècle. Il fait partie des saints bretons plus ou moins mythiques imposés à l'église catholique par la tradition. Martyr, fils de sainte Tréphine et de Conomor
Saint Tréveur fut baptisé par Saint Gildas, du nom de celui-çi, Gweltaz (Gildas) en y ajoutant Trec'hmeur (Trémeur). Il lui donna une formation monastique à St Gildas-de-Rhuys.
Saint Tréveury mena une vie exemplaire avant d'être découvert par son père Conomor, comte du Poher, dit aussi  roi de la Domnonée à la réputation  de Barbe-Bleue qui fit décapiter son épouse Sainte Triphine, ainsi que leur fils saint Tréveur.



Page 1   2   3   4   5   6
Retourner au contenu | Retourner au menu