Batraciens 1 - Horizons Bretons

Aller au contenu

Menu principal :

Batraciens 1

Balade à Brennilis.

Batraciens.
Toutes les photos des batraciens ont été prise de nuit à Brennilis.

Le Crapaud, prince pas tres charmand souvent mal aimé.

Tout d’abord, le crapaud n’est absolument pas le mâle de la grenouille. Il existe des crapauds, mâle et femelle, de même pour les grenouilles.
ON dit que...
La pestilence de son haleine est considérée comme dangereuse, voire mortelle. Morsure, urine et bave de crapaud sont connues pour être venimeuses. Sa pupille est censée faire s’évanouir ceux qu’il fixe du regard. Sa seule vue peut provoquer des spasmes, des convulsions et même la mort. Le mot crapaud vient du vieux français « crape » qui signifie « ordure », le crapaud n’étant qu’une « ordure vivante ». De plus ils serait considéré comme la réincarnation de brigands, ainsi condamnés à se traîner sur le ventre dans les endroits les plus sales, ne sortant que la nuit pour cacher leur laideur.

Pour éloigner cet animal de cauchemars, on peut brûler de vieux cuirs. Le crapaud est fréquemment associé aux maléfices préparés pour nuire au bétail.
Le crapaud est aussi un suppôt de Satan ; les sorcières le portent d’ailleurs sur l’épaule pour pouvoir consulter ce dernier. Au Moyen-Age, il entrerait d’ailleurs dans maintes préparations de breuvages utilisés en sorcellerie. A tel point que les inquisiteurs considéraient la seule présence d’un crapaud à proximité d’une habitation comme une preuve suffisante pour accuser le propriétaire des lieux de sorcellerie et le faire condamner (avec tout ce que cela impliquait...).
Des sculptures romanes montrent des crapauds qui sortent de la bouche des démons, symbolisant ainsi la noirceur de leurs paroles.




En Normandie, le crapaud est considéré comme l’ami de l’homme, car il avertit les gens endormis en forêt lors de l’approche d’un serpent.
A Spa (Belgique, province de Liège), le crapaud est l’ami de l’homme et l’ennemi de la femme ; dès qu’il en aperçoit une, il se gonfle et offre tous les signes d’une violente colère.
En Bas Languedoc, le crapaud suspendu vivant par une patte de derrière au poulailler tue les mites ou les poux.
Les marins bordelais en plaçaient un dans les navires pour éloigner les rats.
Les habitants de la Montagne Noire (sud du Massif Central) croyaient chasser les souris d’un lieu quelconque en y déposant un crapaud enfermé dans une cruche.
On croyait en Poitou, au début du XIX ème siècle, que si un homme fixait longtemps un crapaud, il finissait par le tuer, mais le contraire pouvait aussi arriver.



Dans le Cher, le crapaud exerce sa fascination sur les ruches : il se place devant une ruche, ouvre la gueule et les abeilles s’y précipitent.
On croit dans la Gironde et en Provence que le crapaud rend aveugle celui aux yeux duquel il urine, et en Poitou, que de jeunes crapauds naissent dans l’oeil où l’urine s’est introduite.
On dit dans le Bas Maine, que si on blesse un crapaud sans le tuer raide, il reviendra la nuit, monter sur la poitrine du meurtrier et l’étouffera ; la même superstition existe dans les Landes et en Haute Bretagne, où l’on dit que bien des années après, le batracien mutilé vient se venger, ou même jeter du venin sur la tombe de son ennemi.
Dans le Finistère, où le crapaud est détesté, on l’empale au moyen d’une baguette aiguisée, et on l’expose dans un lieu apparent.
En Vendée, il faut s’abstenir de tuer les crapauds dans les jardins parce qu’ils empêchent la brume de nuire aux plantes.

Suivant une croyance des environs de Quimper, qui semble en contradiction avec l’opinion générale, on ne doit jamais tuer un crapaud parce que dans son vilain corps peut se trouver l’âme d’un ancêtre qui a été mise par Dieu pour expier ses pêchés ; quand ces animaux viennent avec insistance près des hommes, c’est qu’ils demandent des messes.
Les sorcières du Béarn, au moyen d’un crapaud, préparaient un filtre pour pervertir les jeunes filles.
Au XVI ème siècle, d’après le médecin Mizauld, on faisait dire à une femme tout ce qu’elle avait de secret en lui mettant le coeur d’un crapaud sur la mamelle gauche pendant qu’elle dormait.
En Poitou, le crapaud était placé dans la chambre du patient pour absorber le mauvais air.
A Marseille, on l’introduit dans la chambre du fiévreux pour qu’il attire à lui le mal ; plus il est gros et hideux, plus grande est la dose qu’il aspire de la malignité de la fièvre.



Dans l’Ain, pour faire disparaître les névralgies, on le maintient pendant une nuit sur la tête.
Dans la Gironde, on frictionne les verrues avec un crapaud vivant.
En Wallonie (Belgique), pour ne pas transpirer des mains, il faut tenir dans chacune d’elles un crapaud jusqu’à ce qu’il expire.
A Marseille, un crapaud mort placé dans la poche préserve du mal de dents.



Mais parfois "on dis que" :

Une future mariée qui rencontre un crapaud sur le chemin de l’autel y verra le signe d’un mariage heureux.
Il est aussi un symbole d’éternité, que les souverains mérovingiens auraient choisi en le prenant comme emblème protecteur.
Une autre croyance étrange indique qu’une pierre précieuse, la « crapaudine » située dans le crâne des crapauds, est un puissant talisman.

Au printemps, la température, l’humidité et la luminosité déclencheront le réveil après 3 à 4 mois de repos hivernal du "monstre" le plus répugnant, le plus empreint de croyances populaires et toujours associé à la sorcellerie : j’ai nommé le crapaud .
MAIS !...
Saviez-vous que cet hôte de la terre, des forêts, des jardins, des marécages, des fossés, des étangs, de la plaine comme de la montagne, de la ville comme de la campagne, est tout ce qu’il y a de plus utile pour la protection de vos salades ? Non, non, ce n’est pas un délire ! Ce mal aimé, peu ragoûtant joue un rôle capital dans la destruction, la régulation d’invertébrés de toute sorte tels les vers de terre, les limaces, les chenilles, les coléoptères, les fourmis et j’en passe...

La durée de vie de notre "protège salade" peut dépasser 35 ans sauf si, par mégarde, il s’aventurait à avaler une limace empoisonnée, d’où l’importance d’utiliser des méthodes naturelles (soucoupes remplies de bière) pour éliminer les gastéropodes si les dégâts faits au potager sont majeurs.

Ses prédateurs naturels sont principalement la couleuvre à collier, le hérisson qui utilise son venin pour enduire ses piquants et certains oiseaux dont la corneille. Un autre facteur qui abrège la vie de ce batracien est la mortalité élevée en temps de migration printanière sur nos routes de campagnes traversant leurs territoires. En effet, dès que les conditions climatiques deviennent favorables pour l’éveil et la reproduction, des milliers de crapauds se déplacent alors vers leur site de ponte qui correspond à leur lieu de naissance en général : ils doivent alors souvent traverser des routes fort fréquentées. Des centaines d’entre eux périront sous les roues. Heureusement il existe maintenant des "tunnels" de migration d’amphibiens qui sont disposés sous les chaussées traversant des voies de migrations importantes.

La femelle est capable de pondre environ 8000 oeufs disposés en double cordons gélatineux accrochés aux plantes aquatiques. Les têtards, qui vivent de manière grégaire, se reconnaissent facilement par leur taille modeste (3cm) et leur couleur noire ; ils se rassemblent donc en bande près de la surface et au bord des points d’eau où la température est plus élevée. La plupart d’entre eux périront d’attaques de prédateurs (larves d’insectes aquatiques, tritons, poissons), ou de conditions défavorables (pollution, assèchement) et seul 1% d’entre eux produiront un adulte capable de donner une descendance. Le parcours du combattant est particulièrement sélectif pour l’ensemble des crapauds et des grenouilles.

Ce gentil batracien est inoffensif et très utile, il aide le jardinier en dévorant limaces, vers, chenilles et autres insectes présents au jardin. Il ne mérite pas sa mauvaise réputation. Personnellement, je le trouve bien sympathique, et fini même par lui trouvé un certain charme à force de le photographier. Il beau dans sa laideur...

Petit rappel

La manipulation de l’animal est sans danger pour l’homme. D’autre part l’ensemble des batraciens et reptiles de France sont strictement protégés, ainsi que leurs biotopes. Les prélévements dans la nature sont interdits.

Retourner au contenu | Retourner au menu