Paysages en mouvement - Horizons Bretons

Aller au contenu

Menu principal :

Paysages en mouvement

Sentier des Korrigans

Voyez-vous les mouvements du paysage? Non bien sur, les humains n'ont pas ce don, mais je peux vous aider a les voirs.  




Tout autour de vous la végétation lutte pour sa survie et chaque espèce tient à occuper une bonne place pour se reproduire.
Dans ce combat quotidien, certaines plantes vont réussir à s'imposer au fil des années et prendront la place occupée par d'autre auparavant.

On peu très bien imaginer en voyant ce paysage, que dans quelques années les arbres auront remplis les espaces vides.
Le milieu peu ainsi complètement se transformer par couches successives.
Le bois de saule que vous traversez était donc une prairie ou je dansais il y a moins de 50 ans. Ainsi la tourbière va elle aussi lentement évoluer vers un milieu boisé au fur et à mesure des années.







Voiçi la prairie ou dansait naguère les Korrigans. Aujourd’hui petit bois de saules mais...

demain... ...peu être reviendront t-ils danser dans une nouvelle prairie...Alors, rendez vous même endroit dans 50 ans!

le mot du Korrigan gestionnaire

Au mougau, l’exploitation artisanale de la tourbe, le paturage extensif et les fauches successives ont permis l’augmentation de la diversité végétale par le rajeunissement de la tourbière.
l’abandon de ces pratiques depuis le milieu du XXème siècle a favorisé l’extension des saules et des bouleaux. Aujourd’hui ce site naturel fait l’objet d’une gestion conservatoire qui assure le maintien d’un paysage diversifié.


Les ajoncs

Ajonc d'Europe. Photo prise le 13/10/2010.

L'ajonc d'Europe ( Ulex europaeus) est un arbuste de la famille des Fabaceae. Il est parfois appelé Landier et plus rarement Genêt épineux.
Il signale, lorsqu'il est abondant, un sol profond, bien drainé et souvent anciennement cultivé.


Ajonc de Le Gall.

De mémoire de Korrigan, les Bretons l'on semé longtemps jusqu'à l'implantation des prairies artificielles vers la fin du XVIIIème siècle. Ils l'introduisaient avant une culture de céréales pour améliorer les sols granitiques pauvres.
Leurs racines hébergent des bactéries qui ont la propriété de fixer l'azote de l'air et de le rendre assimilable par les autres plantes.




ATTENTION! Leurs gousses velues qui murissent au printemps renferment un produit toxique pour l'homme et les animaux.
Ainsi, les ajoncs grainés ne pouvaient être utilisés que comme litière, alors que la récolte pour l'alimentation des chevaux apres broyage s'effectuait seulement en hivers.


L'ajonc de Le gall  (Ulex gallii) doit son nom à Nicolas Joseph Marie Le Gall de Kérinou. En tant que botaniste, il publia des ouvrages consacrés à la flore bretonne. Il a été le premier à différencier cet ajonc de l'ajonc de provence
C'est une espèce des landes mésophiles, intermédiaire entre l'ajonc d'Europe et l'ajonc nain. Il pousse fréquemment en association avec la bruyère cendrée et la bruyère callune.

Ajonc de Le Gall. Photo prise le 13/10/2010.

Le mot du Korrigan botaniste
Il faut différencier l’Ajonc d’Europe de l’Ajons de Le Gall plus caractéristique des landes naturelles des monts d’Arrée. Pour cela voici quelque critères : L’Ajonc d’Europe fleurit de novembre à juillet. L’Ajonc de Le Gall de juillet à novembre. le premier est plutot vert bleuté alors que le second est d’un vert franc.

Retourner au contenu | Retourner au menu