Dremmwel Breizh

                 Horizons Bretons

Kristine T
Dominik K

La  Bio Diversité En Bretagne 

http://lbdeb.free.fr

Champignons. (suite)

Boletus luridiformis. Bolet à pied rouge.

Connu jusqu'en 2006 sous le nom de Boletus erythropus

La chair est compacte, de couleur jaune et vire très rapidement au bleu sombre à la cassure. Les spores sont de couleur brun olivâtre. Ils vivent en parfaite symbiose avec les racines de leur hôte

Attention! A l'état cru, ce champignon est toxique ! Il est bon comestible lorsque bien cuit et la chair du chapeau débarrassée des tubes mais difficile à 

digérer pour certains ...

Le pied est fibreux. La couleur bleue de la chair disparait totalement à la cuisson (propriété thermolabile).

Boletus edulis . Cèpe de Bordeaux 

La chair est blanche et les spores sont brun verdâtres. A l'état juvénile, ce champignon ressemble à un bouchon de champagne et sur la fin il a tendance à devenir presque plat. Adulte, il peut avoir un diamètre allant jusqu'à 30 cm ! Après la pluie, la cuticule est luisante et visqueuse. Sa poussée est fréquemment précédée, de quelques jours, de celle de l'amanite tue-mouches qui fréquente les mêmes lieux. Il s'agit d'un excellent comestible à la chair ferme laissant un vague goût de noisette au palais.







Boletus badius. Bolet bai.

La chair du chapeau, de couleur crème, devient gris bleu à la coupe. Les spores sont de couleur brun olivâtre. Le carpophore est de consistance généralement assez molle, au contraire du pied ... que certains rejettent : pas moi ! Ce très bon comestible à l'agréable saveur de noisette a l'avantage d'être rarement véreux. 

Attention! Il a un inconvénient majeur : la faculté d'assimiler et de concentrer les déchets toxiques, notamment les métaux lourds mais aussi radioactifs de manière bien plus importante que les autres champignons ! C'est pourquoi il ne faut le récolter que dans des endroits éloignés de toute pollution, industrielle, routière ou autre, ne le déguster qu'à doses parcimonieuses ... et probablement l'éviter dans l'est de la France et au nord de celle-ci, les retombées de Tchernobyl y ayant imprégné les sols de leur poison pour longtemps.


Craterellus tubaeformis. Chanterelle en tube.

Les spores sont blanches. Ce champignon appréciant l'humidité affectionne l'ombre des sapins et se trouve souvent à leurs pieds. Les touffes qu'il forme comportent toujours de très petits individus immatures agglutinés aux "adultes". Il faut dès lors les récolter un à un, soit en les sectionnant à l'ongle, soit au couteau : quelques jours plus tard, la seconde récolte sera ainsi assurée ! Peu goûteuse et de consistance légèrement élastique, cette espèce a toutefois l'avantage de pousser en groupes de 

nombreux individus en fin de saison, à une époque où les autres champignons commencent à se faire rares. Elle est aussi appréciée par certains animaux de la forêt, cervidés notamment, et il n'est pas rare d'observer des touffes coupées au ras du sol dont il ne reste plus dès lors que la base des pieds. Certains cueilleurs de champignons croyent alors que des concurrents humains les ont précédé, ignorant qu'ils ne sont pas seuls à apprécier les délices des bois ...

Clavaire.

Nom donné à des espèces de champignons de la famille des gomphaceae, se développant de façon ramifiée, souvent réputés non-comestibles ou comestibles médiocres.

Ce champignon saprophyte lignicole est assez courant en climat tempéré à méditerranéen. On le trouve (souvent en groupe) autour des souches, de troncs morts ou sur des branches mortes dans les forêts de conifères, mixtes ou de feuillus, de la fin de l'été au début de l'automne.

Clitocybes

La chair est molle et de couleur orangé pâle. Les spores sont blanches. Classé parmi les comestibles, ce champignon a la chair molle n'a toutefois pas beaucoup de saveur. Certains ne le tolèrent pas et des allergies ont été signalées. Le risque de confusion avec le clitocybe de l'olivier, toxique virulent et le clitocybe illusoire, considéré comme aussi toxique, incitera à la plus grande prudence lors de sa récolte !

Clitocybe améthyste. 

Ce champignon a la faculté de développer bien souvent un chapeau aux formes tortueuses. Ils se développant en groupes de plusieurs individus disséminés ou, plus rarement, en solitaire, il a une saveur douce dont on ne consomme généralement pas le pied car il est trop fibreux. Les confusions possibles avec 2 espèces toxiques, avec l'inocybe à lames (var. lilacine) et le mycène pur, tous deux toxiques, inciteront à la prudence et il convient de ne ramasser que des améthystes bien violettes !

De forme typique ou tortueuse, il étonne aussi par sa couleur pouvant passer du violet foncé au lilas très clair :

Clitocybe orangé. Hygrophoropsis aurantiaca. (Fausse girolle)

La chair est molle et de couleur orangé pâle. Les spores sont blanches. Classé parmi les comestibles, ce champignon a la chair molle n'a toutefois pas beaucoup de saveur. Certains ne le tolèrent pas et des allergies ont été signalées. Le risque de confusion avec le clitocybe de l'olivier et le clitocybe illusoire, incitera à la plus grande prudence lors de sa récolte !

Les clitocybes sont des champignons basidiomycètes de la famille des tricholomataceae.

Cantharellus cibarius. Girolle. (Chanterelle, Jaunotte ou Jauniré)

C'est un champignon de l'hémisphère nord du genre Cantharellusdans la famille des Cantharellaceae. La chair est de couleur crème à jaune intense, blanchâtre à coeur. Ce champignon se montre dans les bois dès le mois de mai et pendant tout l'été. En septembre et octobre, parfois jusqu'en novembre sir l'automne est sec, c'est le plus souvent parmi les feuilles mortes, dans les taillis de noisetiers et de bouleaux qu'elle pousse en troupes parfois nombreuses. Il s'agit d'un excellent comestible.


fausse girolle

Attention! Confusions possible avec le clitocybe de l'olivier et son homologue du nord, le clitocybe illusoire

Entolome jaune. Entoloma icterinum.

La chair est blanchâtre et les spores sont de couleur rosâtre. Ce champignon plutôt peu courant se développe généralement en petites troupes de quelques individus mais aussi parfois isolément. Il est de faible consistance et classé parmi les espèces non comestibles.

Coulemelle. Macrolepiota procera

La chair est de couleur blanc rosé. Il s'agit d'un très bon comestible recherché. Le pied coriace, surtout chez les exemplaires adultes, sera émincé pour une sauce ou une soupe, ou bien éliminé. Le chapeau, découpé ou gardé entier, se prête à de multiples recettes. dont la taille impressionnante et le port élégant ne passent pas inaperçus. Evitez toutefois l'absorption de specimens se développant au bord des routes, même s'ils paraissent tentants ! Ils absorbent, comme tous les champignons, les gazs d'échappement.

Mycène. Mycena.

Il existe d'élégant petits champignons nommés Mycène. Sont nom donne l'origine à la ville de Mycène en Egypte, alors en développement rapide, dont les habitations poussaient comme des champignons. Mycéne vient de Mézor en Egyptien, qui veut dire champignon. ( à vérifier...)

Le genre se distingue par une étonnante diversité de coloris allant du bleu-violet à rose ou du jaune verdâtre à blanc.

Mycena est un genre de champignons basidiomycètes appartenant à famille des Mycenaceae, autrefois rattachée aux Tricholomataceae et maintenant classée dans le clade V des Tricholomatoïde de l'ordre des Agaricales. Les espèces du genre Mycena sont des champignons grégaires. Le nom du genre a été tiré du grec Mukos, champignon, avec un suffixe diminutif. Il signifie donc simplement "petit champignon".

Mycène en casque. Mycena galericulata.

De saveur farineuse, cette espèce très courante est l'un des plus gros spécimens de sa famille. Elle se développe isolément ou en groupes de plusieurs individus et, assez souvent, plusieurs d'entre eux fusionnent leurs pieds. Médiocre comestible pouvant être confondu avec plusieurs espèces, tel le mycène incliné, d'une taille par ailleurs peu importante, il est préférable de laisser ce champignon sur place.

Mycena pura,. Mycène pure

Les spores sont blanches. Ce champignon existe en plusieurs espèces et/ou variétés dont la teinte générale peut aller du blanchâtre au brunâtre en passant par le rose, le lilas et le jaunâtre. Son parfum caractéristique permettra toutefois de le reconnaître et d'éviter sa dégustation. Longtemps considérée comme comestible, quoique médiocre, elle a été la cause d'intoxications. On se contentera donc d'admirer sa finesse et ses tons délicats. Contenant de la muscarine, il se révèle, en effet, être un toxique sévère.


Confusions possible avec d'autres membres de la famille, notamment avec la mycène rose mais surtout avec la mycène pélianthine. On peu le reconnaître grâce à sa très forte odeur de radis (dite raphanoïde).


Mycène rose. Mycena rosea.

Ce champignon se distingue aisément par sa couleur et son parfum raphanoïde très net. Son mamelon est généralement plus marqué que celui de la mycène pure. Se développant en groupes d'individus disséminés, il se révèle être un toxique pouvant être très dangereux. En effet, il contient de la muscarine comme l'amanite tue-mouches et certains inocybes et clitocybes toxiques.

Lactaire humide. Lactarius uvidus.

La chair est blanchâtre puis prend une teinte lilacine à la coupe. Les spores sont de couleur crème-jaunâtre. Ce champignon assez peu courant exsude un lait abondant de couleur blanche prenant ensuite une teinte lilacine. Il se développe généralement en petites troupes de quelques individus. Sa saveur âcre le rend impropre à la consommation et il est donc classé parmi les non comestibles.


Confusions possible avec lacatrius luridus qui est toutefois de couleur plus sombre

Lactaire velouté. Lactarius vellereus.

La chair, ferme et blanche, laisse écouler un lait abondant de même couleur à la coupe. Les spores sont blanchâtres. Le lactaire velouté est une espèce qui se distingue par ses dimensions : c'est le géant de la famille. Formant généralement des groupes parfois circulaires de plusieurs individus, il n'est pas toxique mais considéré comme médiocre comestible en raison de son âcreté.

Pied-de-mouton. Hydnum repandum.

Hydnum repandum, de ses noms vernaculaires principaux, le Pied-de-mouton, encore appelé Hydne sinué, est un champignon comestible basidiomycète de la famille des Hydnaceae. Il est connu en Béarn sous le nom de broquichou, et en Dordogne comme barbissou. Le pied-de-mouton est reconnu comestible. On apprécie sa chair croquante, quoique parfois amère chez les sujets âgés.

Du fait de la présence d'aiguillons, le pied-de-mouton est très reconnaissable et ne peut guère se confondre qu'avec certains sarcodons, éventuellement amers.

Crédits photos : Toutes les photographies de ce site sont la propriété de « lbdeb.free.fr » . Pour toute utilisation, merci d'en faire la demande par mail à lbdeb@free.fr et aucune utilisation à but commercial ne sera acceptée .

Google Analytics est un service d'analyse Web fourni par Google. Google utilise les données recueillies pour suivre et examiner l'utilisation de ce site, préparer des rapports sur ses activités et les partager avec d'autres services Google.

Google peut utiliser les données recueillies pour contextualiser et personnaliser les annonces de son propre réseau de publicité.

Données personnelles recueillies: données de cookies et d'utilisation. Lieu de traitement: États-Unis. Trouver ici la politique de confidentialité de Google.