Il était une fois - Horizons Bretons

Aller au contenu

Menu principal :

Il était une fois

Aux moulins de Kerouat > Maison des meuniers.

Pages  1 2

1971

1974

2004

2012

Blotti au fond d'un vallon humide et verdoyant ou serpente le Stain, affluent de l'Elorn, à la limite de Sizun et de Commana, le hameau de Kerouat, construit entre les xvIIe (1610) et le xxe siècle vous emporte dans un voyage vers nos ancètres.
Au XVIIème siècle, Les Moulins de Kerouat était un hameau où vivaient plusieurs familles. Notamment la famille Fagot, lignée de paysans, de meuniers et de boulangers, qui a vécu dans ce village jusqu’en 1965.
Puis, le village a perdu ses habitants et a été totalement abandonné. Restauré dans son aspect d’origine, il est devenu un écomusée, témoin de la vie quotidienne dans cette contrée des monts d’Arrée.

Dans la pierre, une date gravée marque une époque.

Dans les maisons, le temps s'arrête...les meubles et ustensiles de cuisine semblent attendre encore les propriétaires. Ils sont d'origine (1831). Témoins du passé, ils sont notre mémoire, notre patrimoine.




Cette maison à avancée de 1831, construite par un des meuniers de la famille Fagot, conserve les meubles traditionnels alignés le long des murs, de manière à libérer l'espace central pour circuler.



A l'extérieur, on va chercher l'eau au puits qui se trouve dans chaque village et parfois à proximité de la maison. Içi, c'est une fontaine en face de la maison.
Dans les fermes il y avait la plupart du temps un puits, les habitant buvaient donc de l'eau du puits en règle générale ; on consommait du gros lait, du lait "ribot" qui, au mois de mai est considéré comme un remède à tous les maux.

On ne buvait le vin que peu après 1914 : auparavant celui qui en buvait disait t-on,risquait d'avoir des poux. Le café n'est servi au début du siècle que si la couturière ou la repasseuse de coiffes sont dans la maison. On sert l'alcool que quand vient quelqu'un à la maison. Le vin était servi aux hommes lors des gros travaux de la ferme, quand on sort le fumier de l'étable par exemple.


La partie habitation familiale se caractérisait par la présence d'une fenêtre et d'une cheminée. Les meubles se disposaient comme suit : la table est accolée à la fenêtre afin d'avoir le maximum de lumière, le lit-clos protège la table des courants d'air et son banc (bank tossel) sert à la fois de rangement, d'accès au lit et à s'asseoir à table. Le mur du fond (sans fenêtre) sert à loger les autres lits-clos et les armoires. La cohabitation humains-animaux était fréquente en Bretagne et ce, jusqu'au début du XXe siècle. Les raisons en sont simple : Augmentation de la chaleur ambiante, surveillance plus aisée des animaux.
L'autre extrémité est destinée à la conservation des aliments dans le saloir sous l'escalier, dans l'armoire à lait, sur l'étagère à pain.




Paysan à table



Lit clos.

Combien de rêves et d'espoir, combien de soupirs et de ronflements ont abrité portes closes, ces lits clos.  
On affirme parfois que les lits-clos avaient pour but de protéger leurs occupants des animaux domestiques (porcs, poules...) qui vivaient dans les chaumières avec les paysans. Et même des loups qui pouvaient parfois pénétrer dans les maisons pour s'emparer d'un nourrisson.

Lits clos et gros plan sur les scultures.

Le lit-clos était un meuble qui cumulait les fonctions de lit, de coffre et de banc. C'était le mobilier principal de la demeure ou de la ferme.
Les fermes n'avaient le plus souvent qu'une seule grande pièce où étaient disposés les lits clos en enfilade contre les murs latéraux ou contre celui du fond à l'opposé de la cheminée (Trustel: front des armoires).
Devant le lit, se trouve le banc-tossel qui sert à la fois de marche-pied pour grimper dans le lit (parfois à plusieurs étages, et placé en hauteur pour éviter l'humidité due à un sol de terre battue), mais aussi de coffre à linge et de siège.
Le sommier composé de petits rondins de bois recouvert d'un matelas de toile rempli de balle d'avoine. Celui ci était changé tous les ans à chaque moisson.
Les draps étaient de lin et de chanvre, recouvert d'un gros édredon rempli d'avoine ou de plumes.


Lit clos et au fond une chapelle dédiée à la vierge

Berceau.


Banc-tossel.

La cheminée représente le coeur de la maison pour la cuisson, le chauffage, l'éclairage, le fumage et les soirées d'hivers ou la famille et se réunissait autourd de l'âtre.
De chaque côté de l'âtre des bancs de coin permettaient de s'asseoir lors des veillées ou pour se réchauffer ou encore pour préparer le repas. Dans les murs, des niches permettent le rangement. Une auge en pierre est souvent encastrée dans le mur.




De belles toiles de lin brodées à la main agrémentaient le mobilier.



Les coffres à grains.


Ces trois coffres à grains du xvIIe siècle ont été achetés en 1992 à Commana.
Ces meubles, les plus répandus dans les intérieurs paysans dès le xvIe s., étaient destinés à garder les céréales jusqu'à la moisson suivante. Munis d'un couvercle bombé (an dorsenn, en breton), ils étaient remplis et vidés par le dessus.
Les plus grands coffres étaient divisés en compartiments. L'usage du coffre à grains a progressivement disparu au cours du xvIIIe siècle.
Ils sont en chêne. Teintés au brou de noix ils prenaient une patine presque noire en vieillissant.


Les coffres ci-dessus, présentent un panneau central orné de motifs gothiques: l'un est souligné par des panneaux en plis de serviette, l'autre est décoré de cannelures, motifs en voque à la renaissance.
Le troisième est décoré de gravure en forme de pennes. La sculture en faible relief, était exécutée au ciseau, à la gouge et au poinçon.


Gros plan sur les gravures et la profondeur de ces coffres.


Les vaisseliers.


Armoire à lin.

Cette armoire, appelée presse à lin, du 17e était utilisée pour ranger les toiles de lin tissées sur place. Les toiles y étaient entreposées encore humide. Une planche posée dessus faisait office de presse pour les défroissées.


Armoires et buffets


A létage une chambre.
Elle permet de juger de l'évolution du mode de vie à la fin du 19e siècle.


Pages  1 2

Retourner au contenu | Retourner au menu